Mais un pampers, c'est quoi, en fait ?

Et oui, tout le monde connait et a, très certainement, déjà utilisé des pampers ou autres couches jetables. Mais savez-vous en quoi c'est fait, comment est obtenu l'efficacité d'absorption, l'étanchéité et comment elles sont fabriquées ?

Vous me direz : "Mais pourquoi elle nous parle des jetables alors qu'elle devrait nous présenter les lavables ?".  Je vais y venir, mais pour vous montrer les bienfaits des lavables, il faut connaître les désaventages et inconvéniants des jetables, tellement miraculeuses selon les publicités nous entourant.

Je vais tenter une synthèse par différents points, en commençant par l'aspet sanitaire :

  • L'effet bébé-au-sec

C'est certainement un des avantages les plus mis en avant dans la promotion des couches jetables. Cet effet est obtenu grace à la matière absorbante de la couche. Il s'agit d'un gel superabsorbant : le polyacrilate de sodium. Ce gel peut emmagasiner jusqu'à 80 à 100 fois son poids en liquide.

Il est composé, comme son nom l'indique, de sel qui attire l'eau et l'humidité. Donc en plus de retenir l'urine de votre progéniture, il rendra aussi son derrière bien sec et il faut alors le tartiner à chaque change de crème hydratante diverse.

L'urine étant absorbée très rapidement, l'enfant ne se rend pas compte qu'il vient de faire pipi, car il n'est en rien gêné. Cela peut rendre l'apprentissage de la propreté plus difficile. N'étant pas géné, pourquoi se retenir ? C'est bien confortable.

Il faut encore noté que le polyacrilate a été interdit dans les tampons hygiéniques depuis 1985 car il était associé à des chocs toxiques chez les femmes.

  • Une couche toute blanche

On utilise le blanchiment au chlore pour donner cette couleur blanche écarlate aux couhes. Mais cela a une conséquence : la dioxine. C'est un résidu qui se fixe aux cellules graisseuses et ce jusqu'à plus de 30 ans. Cette substance est reconnue cancérigène. Les études tendent à prouver des conséquences néfaste sur le système hormonal et immunitaire ainsi que des troubles de la fertilité.

  • Une culotte imperméable

Imperméable certe, mais carrément étanche. La peau ne peut pas respirer. L'urine ne passe pas, mais l'air non plus. Cela a deux conséquences :

La première une température plus élevée de 1° des testicules par rapport aux couches lavables, alors qu'il est reconnu que les testicules sont à l'extérieur du corps pour être au frais. Cela est donc suposé être peut-être nuisible à leur bon développement.

La deuxième, les vapeurs d'amoniaque ne s'évacuent pas non plus. La peau sera alors plus facilement irritée par celles-ci. Surtout que les couches jetables de part leur capicité d'absorption sont changées moins régulièrement et donc le contact est prolongé.

Ces deux conséquences mises ensembles augmentent aussi la rapidité de prolifération des bactéries dans la couches et en contact avec les parties intimes du bébé.

  • Vapeurs et odeurs

Une étude a démontré que les émanations de composés organiques volatiles provoquaient asthme et irritations sur les rats soumis à l'inhalation de l'air mis en contact avec les couches jetable.

Des parfums artificiels sont rajoutés aux couches afin de les rendre plus agréable. Ce sont à nouveau des substances non-naturels au contact permanent de la peau sensible des fesses.

Mais aussi une odeur, moins agréable cette fois-ci, une fois remplies d'urine, voir de selles, et déposées dans la poubelle. Le nombre de poubelle anti-odeur pullulant le marché montrent bien la grandeur du problème à gérer.

 

 ! Je tiens à préciser, malgré tout, qu'aucune étude n'a, pour l'instant, prouver que toutes ces substances soient, dans ces proportions, nocives pour les enfants. Mais leur innocuité n'est pas prouvée non plus. Le principe de précaution ne serait-il pas à mettre en avant lorsqu'il s'agit de la santé et l'avenir de nos chers têtes blondes ?

 

Regardons maintenant, l'aspect environnemental des couches jetables :

  • Une production énergivore

Pour fabriquer les couches jetables nécessaire de la naissance à la propreté d'un seul enfant, il nous faut :

- 25 kg de plastique obtenu avec 67 kg de pétrole brut

- 4,5 arbres pour les couches nécessaire de 0 à 2,5 ans

- 107'000 litres d'eau

  • Des déchets

Un seul enfant produira plus d'une tonne de déchets rien qu'en couches jetables durant les 2,5 premières années de vie ! Ces couches après n'avoir servi que quelques heures, en moyenne 4 ou 5, mettront entre 200 à 500 ans à se décomposer, voir plus si les couches sont emballés dans des sachets individuels.

Pendant tout ce temps, elles sont enfouies dans les sols de nos décharges. Alors que nous créons des stations d'épurations pour traiter nos excéments, nous laissons ceux des bébés contaminer les sols et nappes phréatiques. 

 

J'en ai fini pour les couches jetables. D'ici peu, je tâcherais de faire de même concernant les couches lavables, afin, au final, de pouvoir vous offrir un comparatif entre ceux deux métodes.

Couches jetables santé composition pampers

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×